Dans la noirceur de la cuisine

2009-04-09-10h36m09 pueblosdelsur_800px

Une cuisine comme beaucoup d’autres dans les Andes vénézuéliennes : une salle obscure, sans cheminée, avec seulement une ouverture à hauteur du toit pour laisser échapper (bien imparfaitement) la fumée. Avec le temps et les cuissons, les murs et le toit s’imprègnent d’un goudron uniformément noir, augmentant l’aspect lugubre de l’endroit.

C’est pourtant son domaine à elle : elle y passe une grande partie de sa vie, y cuisinant inlassablement pour son mari et ses enfants. Peu importe sa noirceur, la cuisine est –ici comme ailleurs– le centre vital de la maison et se transforme parfois en lieu de joie et de rencontre.

Publicités

One Comment

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s