Pas de danse

Trujillo-Tuñame_082_800px

Il était blanc, comme celui de Napoléon, comme celui de Bolívar. Là, devant mes yeux, il esquissait quelques pas de danse. Il semblait être à la fête, allez savoir pourquoi. Et pourtant, je venais de le déranger dans sa complète liberté.

Cheval semi-sauvage du páramo, toi qui n’a pas de maître et parcours inlassablement ces landes de montagne à plus de 3000 mètres d’altitude, excuse-moi d’être passé par là.

Et merci pour cette sublime danse blanche.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s