Menaces sur le Capanaparo

Menaces sur le Capanaparo

Le Capanaparo, affluent de l’Orénoque qui parcourt les Llanos du Venezuela, se montrait anormalement calme. Pas la moindre brise, pas la moindre vaguelette. Le parfait miroir.

Au loin, pourtant, la menace ne faisait aucun doute. C’était bien un chaparrón (ainsi que l’on appelle ici ces brutales averses tropicales) qui nous attendait.

De fait, une dizaine de minutes plus tard, nous étions plongés subitement dans un environnement uniformément gris. Trempés jusqu’aux os. Dans ce magma aquatique, nous ne pouvions plus rien deviner : l’eau du ciel et celle de la rivière s’unissaient dans une espèce de néant.

La pluie qui nous frappait sans relâche semblait ne devoir jamais se terminer. Elle se termina pourtant, au bout d’un petit quart d’heure, pour laisser place à la douceur de l’embellie.

Miracle des tropiques.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s