Fier cavalier

Le cheval blanc

Les motos –chinoises surtout– ont beau déplacer les chevaux dans les zones rurales du Venezuela, il n’y a rien de plus élégant qu’un fier cavalier traversant le village. Et il n’y a rien de plus romantique que le bruit des sabots sur la chaussée.

L’espace d’un moment, on se trouve dans une autre époque. Une autre époque qui, inexorablement, touche à sa fin.

[Photo prise à Niquitao, dans l’état de Trujillo, au Venezuela]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s