Conduite par gros temps

Grosse pluie

Je me trouvais dans un coin isolé des Pueblos del Sur, dans les Andes du Venezuela. Le ciel était sombre. Le chubasco [tempête soudaine] était proche. Je le voyais s’approcher sans pitié : il allait littéralement fondre sur moi.

Je savais que je roulais vers le pire. Cela dégoulinait de partout. Mais sur cette route déserte, dépourvue du moindre abri naturel, il fallait continuer. Aller au plus vite pour éviter que les conditions ne se détériorent encore plus et ne m’embourbent sur place.

Moment de frisson qui ajoute du piment à la vie tropicale.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s