Mystère gris, mystère noir

Caresse

Je descendais du páramo, vers Barinas. Un fragile nuage caressait la vallée, en contrebas. Il remontait lentement, imperturbable, à peine freiné par les flancs de la montagne.

Petit pincement : que se passe-t-il là, sous les 3000 mètres et sous le nuage ? Mystère gris, mystère noir.

Irrépressible désir de rester en haut, à jamais…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s