Brouillard, brouillage

Brouillard, brouillage

Dès que le brouillard tombe, la montagne devient toute autre. Mystérieuse, dangereuse, menaçante. À Calderas, la paroi du Cerro Gobernador, d’ordinaire si resplendissante sous le soleil, n’est plus qu’une grosse pierre grise et triste.

Le souriant piémont des Andes prend des airs de paysage japonais. Beauté froide, pure, zen. Beauté triste, désemparée.

Beauté tout court.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s