Murs de tapia

Les murs

Au détour de la route, quelques murs de tapia (terre pisée). Une maison se trouvait là, sur ce promontoire qui surplombe la rivière Tostós, dans les Pueblos del Sur de l’état de Mérida, au Venezuela.

Qu’est-il arrivé aux habitants de ce qui fut une maison andine traditionnelle ? Surpris par la mort ? Peut-être, mais comment comprendre qu’ils n’aient eu aucun héritier, dans un pays et à une époque où les familles de plus de dix enfants étaient monnaie courante ?

Gageons qu’il s’agit d’un exemple de plus d’exode rural : tout abandonner, subitement, pour se rendre dans la ville, où les lumières brillent plus qu’ailleurs, à ce qu’on dit.

Il est vrai que la lumière électrique n’arrivait pas sur cet escarpement, mais pour ce qui est de la lumière naturelle, aucune ville au monde ne peut prétendre en avoir de si belle.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s