Le comandante dans le ciment

Chávez dans le ciment

Je marchais allègrement sur une route de campagne construite en ciment et pour un peu je piétinais le président, le comandante lui même, gravé là en plein milieu de la chaussée…

Explication : les petites routes locales sont souvent à la charge des conseils communaux, organisations de base qui regroupent les habitants d’un quartier, d’un village ou d’un hameau. Ce sont ces derniers qui participent à la construction, sans qu’il y ait beaucoup de protocoles. Nul doute qu’un admirateur d’Hugo Chávez a voulu perpétuer son président en le gravant dans le dur.

Admirons au passage la qualité graphique de ce qu’il faut bien appeler un logo : en quelques traits, on reconnaît aisément Hugo Chávez sous son béret symbolique.

Quant à Porras, il ne s’agit pas, bien entendu, de Baltazar Porras, archevêque solidement ancré dans l’opposition (dont Chávez dit en son temps qu’il avait le diable sous la soutane !), mais bien de Florencio Porras, qui fut jusqu’en 2008 gouverneur de Mérida. Comme quoi un nom gravé dans le ciment assure une certaine pérennité, pour ne pas dire une pérennité certaine…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s